B. RETAILLEAU : «J’apporte tout mon soutien aux commerçants du centre-ville de Nantes.»




BRUNO RETAILLEAU CONDAMNE LES VIOLENCES A NANTES

Depuis quelques semaines, Nantes est devenue la capitale du saccage. Je condamne cette situation
inacceptable.

Chaque semaine, une nouvelle manifestation est organisée contre la loi travail. Et chaque semaine,
on déplore des débordements toujours plus nombreux.

Chaque semaine, la vie des Nantais s’arrête. Les commerçants, premières victimes de ces violences,
ferment et barricadent leurs magasins. Les habitants fuient le centre-ville, les transports en commun
sont interrompus ou déviés. Des véhicules et du mobilier urbain sont détruits. Les forces de police
sont systématiquement attaquées avec une violence toujours plus grande.

Chaque semaine, l’espace d’une journée, Nantes devient une zone de non droit livrée à des bandes
de vandales et d’anticapitalistes qui s’expriment uniquement par la violence. Le climat est tellement
dégradé que la manifestation de soutien aux commerçants organisée vendredi soir a dû être annulée
par crainte d’affrontements.

J’apporte tout mon soutien aux commerçants du centre-ville et aux habitants de Nantes qui voient
l’image de leur ville salie semaine après semaine de même que j’assure ma solidarité aux forces de
l’ordre durement éprouvées.

L’état de droit doit être rétabli. Je demande au Ministre de l’Intérieur de veiller à ce que les
manifestations, dont les organisateurs n’offriraient pas des garanties suffisantes en matière de
sécurité, soient désormais interdites.